Garantir des eaux de qualité

Des eaux en bon état sont bénéfiques pour les usages et les activités humaines mais aussi pour le milieu naturel. Mais leur état s’avère fragile. C’est pour cela qu’il faut agir pour préserver et restaurer le milieu aquatique.

Une qualité nécessaire pour la santé des hommes et la vie des milieux aquatiques

Quand les eaux sont de bonne qualité, nous pouvons satisfaire les besoins pour l’alimentation en eau potable ou pour les activités économiques, sans mettre en place des traitements complémentaires coûteux.

S’il y a trop de nitrates ou de phosphore, cela favorise le développement d’algues, parfois toxiques. Il faut traiter l’eau avant de l’utiliser ou restreindre certains usages comme la baignade, certaines activités comme les productions conchylicoles.

De la qualité des eaux dépend aussi la vie des milieux aquatiques et des espèces. Réciproquement, des milieux aquatiques vivants et diversifiés, contribuent à préserver la qualité des ressources en eau.

Les pollutions sont toujours un enjeu d’actualité 

Les pollutions diffuses restent une question importante pour notre bassin Loire-Bretagne. Près de la moitié des nappes phréatiques  sont considérées en état médiocre. Cela s’explique par la présence de nitrates et/ou de pesticides.

Les efforts engagés pour limiter les apports en fertilisants organiques ou minéraux portent déjà leurs fruits. Ils doivent néanmoins se poursuivre pour rétablir une situation d’équilibre. Sinon il faudra faire face à des fermetures de captages d’eau potable à cause du dépassement des normes. Mais aussi s’attendre à des proliférations d’algues sur le littoral et dans les plans d’eau, des interdictions de baignade ou de consommation de coquillages.

Les rejets ponctuels des collectivités ou des industries peuvent entraîner la pollution de près de 30 % des cours d’eau en temps normal, et jusqu’à 45% en période de pluie, lorsque les réseaux ou les stations d’épuration déversent directement en rivière.

Quelles actions pour garantir des eaux de qualité ?

Vouloir garantir des eaux de qualité, c’est agir sur l’ensemble des causes de dégradation pour améliorer la qualité de toutes les eaux et la préserver dans la durée.

Dans cette démarche, les approches à privilégier, car plus efficaces et moins coûteuses, sont :

  • empêcher toute nouvelle dégradation ;
  • réduire les pollutions à la source – « éviter de  salir  l’eau plutôt que de chercher à la  nettoyer» ;
  • maintenir un bon fonctionnement des milieux aquatiques qui épurent naturellement les eaux.

Le Sdage Loire-Bretagne prévoit un nombre important d’actions en ce sens, réparties dans six orientations fondamentales :

  • Réduire la pollution par les nitrates (chapitre n° 2) :
    Respecter l’équilibre de la fertilisation des sols et réduire le risque de transfert des nitrates vers les eaux. Les modes d’action à développer reposent à la fois sur des dispositifs réglementaires et sur l’incitation.
  • Réduire la pollution organique et bactériologique (chapitre n° 3)
    L’un des effets les plus marquants de ces pollutions est l’eutrophisation et la prolifération d’algues. La lutte contre l’eutrophisation implique de restaurer la dynamique des rivières et de réduire les flux de toutes origines, à l’échelle du bassin versant.
  • Maîtriser et réduire les pollutions par les pesticides (chapitre n° 4)
    Il est nécessaire de limiter leur utilisation et les risques de transfert vers les eaux. Le Sdage promeut des changements de pratique pour supprimer l’usage des pesticides par les particuliers.
  • Maîtriser et réduire les pollutions dues aux substances dangereuses (orientation n° 5)
    Le traitement à la source est à privilégier avec des objectifs de réduction, de suppression et de respect des normes de qualité environnementale (NQE).
  • Protéger la santé en protégeant la ressource en eau (chapitre n° 6)
    Mettre en place les périmètres de protection sur tous les captages pour l’eau potable - Action renforcée sur les captages prioritaires, en particulier pour réduire les pollutions diffuses - Réserver pour l’alimentation en eau potable des ressources bien protégées naturellement - Mettre en œuvre des profils de baignade comme outil de reconquête du milieu - Une meilleure connaissance des substances dangereuses et émergentes et de leurs impacts environnementaux et sanitaires.
  • Préserver le littoral (certaines dispositions du chapitre n° 10)
    Améliorer et préserver la qualité des eaux en particulier sur les aspects suivants : eutrophisation, rejets en mer et dans les ports, qualité sanitaire des eaux de baignade, eaux conchylicoles, sites de pêche à pied professionnel et de loisir – Equilibrer besoins et ressources en eau potable – Protéger les écosystèmes littoraux et en améliorer la connaissance – Encadrer les extractions de matériaux marins – Aménager le littoral en prenant en compte l’environnement.

Partager cette page sur :