Le Sdage, une feuille de route pour l'eau

Le Sdage trace la feuille de route pour l'eau du bassin Loire-Bretagne de 2022 à 2027. Thierry Burlot vous en parle...

Adoption du Sdage 2022-2027 - Thierry Burlot

Vidéo - Adoption du Sdage 2022-2027 - Thierry Burlot

mars 2022

© Agence de l'eau Loire-Bretagne

[Musique]

Adoption du Sdage Loire-Bretagne 2022-2027
Thierry Burlot - Président du comité de bassin Loire-Bretagne
3 mars 2022 - Séance plénière du comité de bassin Loire-Bretagne

Thierry Burlot - Président du comité de bassin Loire-Bretagne

« Donc écoutez, je suis très heureux dans cette fin de matinée de pouvoir m'exprimer pour dire le vote favorable à plus de 70% des suffrages exprimés du schéma d'aménagement et de gestion des eaux de Loire-Bretagne.

On a entendu, on a eu un très long débat avec beaucoup d'interventions, évidemment favorables, défavorables. Enfin chacun a pu s'exprimer, chacun a pu prendre la mesure des enjeux. Les enjeux qui sont réels : gestion quantitative de l'eau, dérèglement climatique, gestion qualitative des eaux. Autant de sujets qui viennent percuter le développement économique, l'aménagement des territoires et autant de sujets qu'il va falloir prendre à bras le corps.

Donc moi je suis très heureux en tant que président que la feuille de route soit votée. Je suis très heureux parce que d'abord c'est un signe fort de confiance dans tous les territoires d'eau qui sont organisés en Loire-Bretagne. Et moi je suis profondément décentralisateur. Je me rappelle cette loi sur l’eau de 92 qui avait amené l'idée des Sdage et des sage, schéma d'aménagement de gestion des eaux.

Et aujourd'hui ben c'est ça, il va falloir qu'on passe à l'acte et passer à l'acte c'est donner une feuille de route. Et Orléans a tracé une feuille de route pour le bassin la Loire et pour la Bretagne. Cette feuille de route elle est ambitieuse, elle est généreuse, elle est le fruit d'une concertation exceptionnelle.

Et moi ce que je voudrais aujourd'hui c'est que les élus locaux, les industriels, les agriculteurs, les associations de protection de l'environnement soit capable de construire, de construire pardon, de tels compromis au sein de leur collectivité. Voilà donc c'est un enjeu considérable.

L’eau c'est le développement, l'eau c'est la vie. Et encore une fois ce n'est pas qu'un slogan ça va devenir une réalité. Et je crois que notre bassin a appris finalement, un peu dans la douleur, mais dans la complexité du débat aussi, dans la, dans la difficulté de concilier les usages, a pris encore une fois une décision courageuse une décision pleine d'espoir que je souhaite évidemment faire partager avec l'ensemble des acteurs du bassin versant. »

[Musique]

Partager cette page sur :